Dur, dur, d’être zen!

Par Françoise Drézen

Le 8 septembre 2020

Avez-vous remarqué comme il est plus facile d’être détendu quand on se sent bien à l’extérieur? Ni trop chaud, ni trop froid ; ni trop ensoleillé, ni trop nuageux; ni trop de monde, ni trop seul… Alors, si je vous disais qu’à l’intérieur de nous, c’est la même chose? Il est plus facile de ressentir un calme intérieur quand on se sent bien et en sécurité. Parfois, on a beau vouloir être zen, mais y’a rien à faire, on n’y arrive pas. Parce que nous venons d’apprendre une mauvaise nouvelle, parce que notre corps nous fait mal, parce que nos pensées s’affolent, parce que notre agenda déborde, parce que nous avons l’impression que rien ne fonctionne, parce que nos émotions nous envahissent, parce que, financièrement, on en arrache… bref, même si, globalement, ça ne va pas si mal, on a de la difficulté à être zen face aux aléas de notre vie.

Et comme les facteurs extérieurs influencent notre vie intérieure (et vice versa), il est indéniable qu’avec la crise mondiale que nous vivons depuis ce printemps, notre ‘zénitude’ est ébranlée.

 

Pour retrouver un certain calme intérieur, nous avons à faire un effort.

Même si cela peut paraître antinomique, s’occuper de notre bien-être intérieur exige, non seulement de la volonté, mais aussi des actions concrètes.

 

A vos crayons! A vos papiers!

Alors, si vous êtes préoccupés par la situation actuelle due au Corona virus, je vous invite à vous arrêter et à faire une liste par écrit de TOUTES vos inquiétudes, sans retenue ni censure. Tout ce qui vous passe par l’esprit, aussi ridicule que cela puisse paraître. Ce qui est important ici, c’est justement de faire de la place à vos peurs, qu’elles soient réelles, extravagantes ou infondées. Toujours commencer par «je suis inquiet(e) pour …» ou «j’ai peur de …» et restez attentif (ve) à ce qui se passe en vous pendant que vous écrivez.
Exemples : j’ai peur d’attraper le virus ; j’ai peur de ne plus revoir mes parents ; j’ai peur de ne plus pouvoir aller chez la coiffeuse ; j’ai peur que le monde entier soit contaminé ; je suis inquiète pour notre avenir ; etc..

Ensuite, vous découpez vos phrases pour en faire des petits papiers ou vous les recopiez sur des carrés de papier couleur que vous pourrez plier et mettre dans un joli pot. C’est le moment de laisser s’exprimer votre créativité! Puis, vous pigez un petit papier. Vous lisez à haute voix ce qui y est inscrit. Vous prenez le temps de respirer profondément et d’accueillir cette inquiétude/peur, avec bienveillance. Et là, vous la questionner :  »Qui es-tu? Que viens-tu faire ici? Qu’as-tu à me dire? ». Et vous la laisser vous répondre! C’est un exercice d’écoute de soi qui demande un peu de pratique, j’en conviens, mais si vous jouez le jeu, vous pourriez être surpris par vos propres réponses et vos prises de conscience. Si vous avez quelqu’un de confiance autour de vous qui aime les jeux de rôles, vous pourriez le faire ensemble, chacun son tour?

Bien-sur, je ne pense pas anéantir le virus de cette manière. Je m’en remets pour cela aux scientifiques et aux experts, tout en respectant les mesures sanitaires mises en place par nos gouvernements. Cependant, si physiquement, je suis en mesure d’agir pour éviter sa propagation, je le suis aussi émotionnellement. C’est-à-dire que pour éviter un sentiment d’envahissement, je me protège du Covid en posant des limites :

  • éviter la surconsommation d’informations
  • choisir mes sources d’informations
  • garder contact avec ma famille, mes proches, mes amis, mes collègues
  • rester concentré et motivé à mon travail
  • maintenir une bonne hygiène de vie
  • valoriser le beau et le bien autour de moi
  • pratiquer une activité artistique ou sportive qui me fait vibrer
  • vivre au jour le jour sans me projeter trop loin dans l’avenir
  • goûter pleinement aux petits et aux grands bonheurs du moment présent!

 

Ce que je vous souhaite surtout, avec ces exercices sur vos peurs et vos limites, c’est que vous soyez en mesure d’être un peu plus zen face aux bouleversements, tant physiques qu’émotionnels et spirituels, que cette pandémie nous fait tous vivre. Et n’hésitez pas à aller chercher de l’aide auprès de thérapeutes qualifiés en accompagnement et en soins de la personne.

A bientôt,
Françoise
https://francoisedrezen.com/

 

Dur, dur, d’être zen!