418 580-3670

Quand votre enfant devient transgenre

Avec la rentrée, il a été question dernièrement dans les médias des toilettes non genrées dans les établissements scolaires. Sur le coup, je vous le dis avec humilité, j’ai réagi en jugeant. Voyons donc, qu’est-ce que c’est ça? Est-ce vraiment nécessaire? Ensuite, il y a eu le début de la campagne électorale où plusieurs personnes transgenres se sont manifestées. Là, j’ai commencé à me questionner sur ma position sur la transsexualité. Pourquoi je juge? Qu’est-ce qui me dérange?
Je vous avoue bien franchement la transsexualité est un sujet que je connais peu, de loin, comme beaucoup de monde. J’en ai donc une idée vague, alimentée par les Chaz Bono et Caitlyn Jenner de ce monde et un souvenir d’un film touchant intitulé « Ma vie en rose » dans lequel un petit garçon s’habillait en fille.
Mais au printemps dernier, j’ai eu l’immense privilège d’assister à la toute première conférence-atelier de ma collègue, Chantal Desroches, TRA, qui a pour titre « Deuil rose et deuil bleu ; quand la perte est transgenre ». Elle a animé sa conférence en présence de son fils. Et je peux vous assurer que de les voir ensemble, dans un espace d’amour profond, a été pour moi bouleversant. Ce qui m’a touchée le plus, c’est le grand pouvoir de l’accueil et de l’amour réciproque!
Ce que Chantal nous a partagé, c’est son processus de deuil à elle vis-à-vis de sa petite « cocotte » comme elle dit. Car oui, bien que son enfant ne soit pas réellement mort, elle a à dire adieu à sa fille et à accueillir son garçon qui porte en lui l’histoire et l’âme de sa fille…
Alors, en me remémorant ce moment chargé d’émotions et d’humanité, je ne peux qu’être sensible aux personnes qui ne s’identifient pas à leur corps de fille ou de garçon et qui ont besoin d’avoir accès à des toilettes neutres et « sécures ».
Merci à toi chère Chantal pour ce que tu nous partages avec une profondeur et une simplicité déconcertantes. Et merci à toi, Frédérick, qui m’aide à grandir!

Chaleureusement,
Françoise Drézen, TRA

Accueil


*****************
Si vous aussi, en tant que parent d’un enfant transgenre, vous avez besoin de parler à quelqu’un, je vous invite à contacter Chantal Desroches, TRA, au 418 930-9625.
https://citrac.ca/repertoire-de-therapeute/
Voici le lien de l’article auquel je fais référence: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1121580/toilettes-non-genrees-communaute-trans-lgbt

Parce que je viens de là…

Parce que je viens de là…

Le coucher de soleil sur l’horizon, le bruit des vagues, l’air iodé, la beauté du paysage, le grondement et la force de toute cette eau me manquent. Mes racines à moi, c’est la mer. La mer qui nous nourrit, qui nous amuse, qui nous donne la vie et nous la prend aussi. Combien de promeneurs, de plongeurs et de marins emportés dans ses profondeurs? Certains ont été retrouvés, d’autres non… Disparus à jamais. Comment continuer de vivre après une telle tragédie et accepter que la joie peut encore prendre place dans son cœur?
Cela demande du courage, énormément, pour décider de faire un voyage au cœur de sa souffrance pour lui permettre d’exister et d’être entendue car si elle reste en-dedans, dans la noirceur et le silence, elle ne fera qu’éteindre votre flamme de vie. Si infime soit-elle, cette petite flamme a besoin de souffle et d’amour pour grandir.
Parce que je viens d’un monde où la mort faisait partie de la vie, j’ai appris très jeune l’importance du soutien et du réconfort auprès des familles endeuillées.
Et c’est la raison pour laquelle je mets tout mon cœur et mon professionnalisme aujourd’hui pour vous accompagner dans votre souffrance pour en faire une délivrance.
Chaleureusement,
Françoise Drézen, TRA